AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Devoirs.

Aller en bas 
AuteurMessage
thestral.

avatar

Messages : 743
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Devoirs.    Mer 17 Oct - 21:00

- Commentaire : La tombe 100 d'Hiérakonpolis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thestral.

avatar

Messages : 743
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: Devoirs.    Mer 17 Oct - 21:01


COMMENTAIRE : LA TOMBE 100 D’HIERAKONPOLIS.


  Dans la société de l’Égypte Antique, les rites funéraires ont rapidement obtenu un rôle très important – les nécropoles ont permis aux historiens de retrouver beaucoup d’artefacts de périodes différentes, leur permettant d’avancer dans leurs études et d’en connaître plus sur la civilisation égyptienne. La tombe 100 d’Hiérakonpolis, qui est l’objet de notre étude, en est un bon exemple. Découverte en 1899 par l’archéologue et égyptologue Frederick William Green, elle a été la première construction de brique a être découverte dans cette période – et également la première a comporter des peintures sur ses murs. Dater la tombe n’a pas été aisé, mais au vu des objets présents dans cette dernière ainsi que les scènes et thèmes représentés sur les peintures, les historiens se sont accordés pour la situer aux alentours de Nagada II C (3600 – 3450 av. J-C.). Les restes de sa peinture murale entreposés au Musée du Caire sont présentés comme étant les premiers réels signes d’iconographie royale, et d’incarnation d’une organisation sociale datant de la période de Nagada II. L’emplacement exact de la tombe a été perdu puisqu’elle est supposée être détruite mais l’on pense qu’elle se situait dans la zone centrale d’inhumation de la nécropole. On suppose que c’est une tombe d’élite, dédiée à un leader, à cause des ornements et de l’abondance des offrandes. Nous pouvons donc nous poser la question suivante : comment le chercheur peut-il se faire une idée de la culture de l’Égypte Antique par le biais des objets retrouvés dans la tombe 100 d’Hiérakonpolis ? Le contenu de la tombe ainsi que la rencontre de différentes époques et cultures en son sein seront nos principaux angles d’étude.


  Le contenu de la tombe semble en effet donner des indices sur la période historique et culturelle de l’Égypte Antique. En effet, l’abondance des biens a sauté aux yeux des chercheurs, notamment de Green puisqu’il s’est chargé de les lister et de les trier : beaucoup d’objets différents ont été retrouvés lors des fouilles, malgré le manque de certains due à la récurrence de plusieurs pillages au cours de l’histoire. Une tête de lance en silex a été retrouvée, des potes, des vases, des bols, des jarres .. leur nombre était si important que Brunton et Kantor, deux chercheurs égyptologues, ont suggéré la possibilité que la chambre soit en réalité un temple ou bien un lieu d’habitation plutôt qu’une tombe. Cette hypothèse a notamment été causée par la présence d’objets appartenant à la vie quotidienne (vases, bols, etc.) qu’ils ont donc pu interpréter comme étant le signe d’une vie passée. Il a également été noté1 que les pots en argile ne montraient aucune trace de l’utilisation de la roue – traduisant donc la possibilité d’une technique de sculpture ayant été propre à la civilisation de cette époque. Le contenu de la peinture murale reste, lui aussi, dans cette optique d’abondance – pas matérielle, mais visuelle.
   Beaucoup de thèmes sont abordés en même temps : cela saute aux yeux dès que l’on pose un regard sur la peinture. Cette dernière représente toutes les interactions possible à l’époque de cette société : premièrement sociales et collectives avec le thème de la chasse notamment puisque l’on peut remarquer des animaux coincés dans quelque sorte de piège circulaire ou bien le thème du leadership avec la présence de la silhouette rouge se battant contre deux lions et les sceptres pouvant également être aperçus dans les mains des de silhouettes, dans un second temps entre hommes et sphère nilotique comme nous le montre la présence des bateaux puisque les égyptiens avaient un lien avec le Nil très important notamment à la période des crues qui leur dictait donc leur lieu d’habitation ou le fait qu’il était leur principale source d’eau, ainsi qu’une interaction avec le monde des dieux comme la présence de bovidés (symboles de sacrifice) nous le montre. Le thème du leadership, de la chefferie, qui a déjà été cité plus haut, a une place très importante au sein de la peinture. En effet, il peut être retrouvé plusieurs fois sur cette dernière (avec la silhouette affrontant les deux lions, symbole de puissance et d’asservissement de la nature, ou les autres personnages tenant des sceptres qui traduit donc le règne de dirigeant). A cause de la richesse et de l’abondance des artefacts retrouvés dans la tombe, H. Case et J.C Payne ont noté que la personne ayant été inhumée dans cette chambre mérite d’être « considérée comme l’un des Légendaires Rois de la Haute-Égypte ».


  La tombe 100 d’Hiérakonpolis semble également être le lieu de rencontre de différentes époques et cultures. Cela est notamment démontré par sa vaste iconographie, pour revenir au sujet de la peinture murale qui a tant fait parler d’elle. La tombe, en tant que document social, souligne énormément le rôle de la chefferie dans la culture gerzéene et le fait qu’elle soit peinte démontre l’évolution de la souveraineté et de sa perception.2 Les motifs peints sont supposés appartenir à la période proto-dynastique puisqu’ils coïncident avec ceux que l’on a pu retrouver au cours de cette dernière. La thématique du héro,  du conquérant, la présence de prisonniers, de prêtre, de figures masqués ainsi que la ligne de terre – ces thèmes ne sont présents que chez les Gerzéens3. Les scènes et figurations sont séparées les unes des autres, donnant l’impression d’une peinture faite d’un point de vue narratif, une façon de représenter totalement nouvelle et inédite au sein de cette culture.
  Ce mélange des différentes époques se ressent également à la façon dont la tombe est construite : en effet, les groupes de chambres semblent être plutôt de type gerzéenes (présence de beaucoup de pots lors des fouilles de la tombe et les similitudes de ces-derniers avec les pots retrouvés dans les tombes gerzéenes) tandis que la forme de la forme de la tombe, elle, est typiquement proto-dynastique. Elle est rectangulaire, plâtrée et batture tout en étant doublée de brique lui accordant une résistance toute particulière. Pour ce qui est de la peinture murale, elle aussi se retrouve avec des éléments de différentes cultures – si l’on peut assimiler les silhouettes sur les bateaux comme étant des Gerzéens (puisque le rouge leur était assimilé), il faut noter que les silhouettes féminines au-dessus du bateau au haut de la peinture ne sont pas féminines et gracieuses comme celles que l’on peut retrouver sur les pots gerzéens. Cependant, malgré le fait que la tombe ait des éléments à la fois de la Iere Dynastie et de la culture gerzéene, elle n’est pas forcée d’être qualifiée comme étant gerzéenne car, selon Payne et Case dans leur travail, elle est la période qui « précède et a ouvert la voie à la Iere Dynastie » - donc Nagada, période à laquelle la tombe est assimilée.


  De ce fait, il semble donc que l’historien puisse se faire une idée de l’histoire et la culture de l’Égypte Antique grâce aux objets ayant été trouvés dans les fouilles de la tombe. Que ce soit grâce à l’étude des objets, de leur matière, forme, ou bien de leur utilité (vie quotidienne, méthode de fabrication) – ou bien encore l’iconographie présentée par la peinture murale, et ses divers thèmes abordés (interactions sociales, nilotiques, humaines, religieuses) : les informations à en tirer sont nombreuses.



Bibliography


- CASE H., C.J PAYNE., « Tomb 100 : the Decorated Tomb at Hierakonpolis », Journal of Egyptian Archeology 48, 1962, p. 5-18.
- GAUTIER P., « L’analyse de l’espace figuratif par dipôles. La tombe décorée n°100 d’Hiérakonpolis », Archéo-Nil 3,1993, pp. 35-47.
- Huyge D., « The Painted Tomb, rock art and the recycling of Predynastic imagery », Archéo-Nil 24, 2014, p. 93-102.
- Wikipédia, « Early Dynastic Period » [en ligne]
- Wikipédia, « Nubie » [en ligne], section « Préhistoire ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Devoirs.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quels devoirs à quel âge ?
» Ne pas avoir le courage de faire les devoirs
» Les devoirs, quel bonheur!!!!!!!!
» Signer les devoirs de son enfant
» Un colonel poursuivi pour manquement à ses devoirs d'OPJ - La suite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le bordel. :: le bordel. :: llce :: l2-
Sauter vers: