AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DMs à rendre.

Aller en bas 
AuteurMessage
thestral.

avatar

Messages : 733
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: DMs à rendre.   Mer 11 Avr - 15:24

16 avril - dernier délais histoire White slavery in London. DONE
22 avril - dernier délais commentaire littérature comparée sur Déjeuner chez Wittgenstein.
4 mai - dernier délais pour le commentaire de traduction sur The Glass Menagerie.


Dernière édition par thestral. le Dim 15 Avr - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thestral.

avatar

Messages : 733
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: DMs à rendre.   Dim 15 Avr - 20:16


White Slavery in London.

The 19th century was a huge turn in the perception and education of women. Indeed, this period gave birth to the desire of emancipation from the male’s authority – and women started to get more and more involved in their future, and their education. Annie Besant, who wrote the document we are studying, was a British socialist theosophist and women right’s activist, supporter of movements such as the self-rule of Indian and Irish. She was a leader of the Fabian Society, a socialist organization whose purpose is to help the growth of the principles of democratic socialism. Annie Besant wrote her article “White slavery in London” for the weekly paper The Link : A Journal for the Servants of Man on 1888 June 23rd  in order to expose the controversy of Bryant and May worker’s conditions to a large range of public. After reading this article, we can ask ourselves : why can we say that this article translates the ideologies of Annie Besant ? We will begin by studying how it can be perceived as a defence in the name of women, then we will focus on the way Annie Besent got invested in the cause.


As it has been said upper, this article can be seen as a defence in the name of middle and lower classes women who aren’t as much taken care of as other rather wealthy women by society. Indeed, at the beginning of the article, Annie Besant began by saying : “That this meeting, being aware that the shareholders of Bryant and May are receiving a dividend of over 20 per cent. […] pledges itself not to use or purchase any matches made by this firm” (l. 3-4). Here, she officially recognized that the Fabian Society, whose she was one of the leader, stated a boycott of the brand and called out for the others to do so. Since the Fabian Society had an influence over the English people of middle and lower classes, it could be said that they openly stated it in order to use their influence to actually stand up for the conditions of women who worked at Bryant and May. The Fabian Society was really involved in the progressivism of the country, and they believed in another way than revolution to change the world – so, calling out for a boycott seems to be in agreement with their ideals and way of seeing the progress.
As it is an article, the style isn’t as neutral as an historical text would be. Since Annie Besant was really involved in many causes, especially those related to women, the tone in which she wrote her article could be described as “acidic”, “aggressive” or “sarcastic”. For example, at the end of her article she said : “Oh, if we had but a people’s Dante, to make a special circle in the Inferno for those who live on this misery, and suck wealth out of the starvation of those people” (l. 44-45) which is a direct criticism against the chiefs of Bryant and May, and any other owners of a firm who take advantage of the poverty and difficult lives of workers. She uses the expression of the “Dante”, which is used to describe a good man (to quote the Urban Dictionary : “ the finest man you will meet in a life time”). Here, she publicly says that these people should be punished for the way they treat their workers – in a weekly newspaper where anybody can read it. The Link was a newspaper mostly dedicated to the working class – by exposing Bryant and May here, they exposed it to the whole part of the population who was directly targetted by them.



Here, Annie Besant also seems to take a full investment in the cause. Actually, she did give a voice to those who society didn’t care about. She always was a fighter for various causes (Indian and Irish independence, women, workers ..) which is why her work seems so precise and professional – before giving any criticism, she begins by giving numbers and fact (such as the wage, the way the workers are treated, their life, etc).. While working on this article, she was deeply aware that she would be the one to carry the voices and needs of those women and girls who where working in this manufacture. This can be seen in many of the quotes she uses in her work. In point of fact, it seems that she did take in note very carefully everything the women she interview told her : and used their words. For example, at the line 12, she used the quote “earns good money, as much as 8s. or 9s. per week” (l.12) which gives a hint on the value of the wages, and what is a “good” amount of money for women from the working class. Later, she wrote at the lines 14 and 15 “you get coffee, and bread, and butter, and jam, and marmalade, and lots of it” and “stands treat, you know” which translates the needs of these women, and their way of living since they seem to lack a lot of things such as food. Indeed, she did qualify them as “undersized because underfed” at the end of her article, line 41.
After talking about the meeting of the Fabian Society, and how they took the decision to boycott the brand, she went on another statement. She wrote : “I resolved to personally investigate their accuracy, and accordingly betook myself to Bromley to interview some of Bryant and May’s employees, and thus obtain information at first hand. The following is the outcome of my enquiries” ( l. 6-8 ) revealing that the following informations are all verified, and that she actually did a journalist work, and went on an investigation. Indeed, the 19th century was the birth of a whole different journalism – and a lot of London papers were created, with more or less revolutionary shades. This could be one of the reasons why The Link’s tone was so “involved” but the main reason why stayed the fact that its purpose was to give a voice to the working classes, and making some informations accessible to them.

At first sight, it appears that Annie Besant’s ideologies were mostly perceivable in her style, and the tone of the article. But deeper, after studying her life, and the historical context, it seems that it goes beyond that. Indeed, as an activist, she knew the influence she had and used it, along with her education and culture, to carry the voices of a generation and gender that was put aside by society. Annie Besant’s article White slavery in London had, in the same month (June 1888), a huge impact alongside the Fabian Society since it led to the London Matchgirls strike.

***

Bibliographie.

Unknown, “Our History”. FABIAN SOCIETY :
https://fabians.org.uk/about-us/our-history/ [15/04/2018]

TERRIER Marie, “The Link (1888) : l’expérience d’Annie Besant et de W.T. Stead entre socialisme et nouveau journalisme”. SEMINAIRE FRANCO BRITANNIQUE D’HISTOIRE :
https://sfbh.hypotheses.org/97 [15/04/2018]

URBAN DICTIONARY :
https://www.urbandictionary.com/define.php?term=Dante     [15/04/2018]

WIKIPEDIA :
https://en.wikipedia.org/wiki/Annie_Besant [14/04/2018]
https://en.wikipedia.org/wiki/Fabian_Society [14/04/2018]
https://en.wikipedia.org/wiki/London_matchgirls_strike_of_1888 [15/04/2018]
https://en.wikipedia.org/wiki/History_of_British_newspapers [15/04/2018]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thestral.

avatar

Messages : 733
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: DMs à rendre.   Mer 2 Mai - 3:22

SYNTHÈSE.

Lors de nos études en classe, notre programme était focalisé sur quatre œuvres : Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard, La Danse de mort d’August Strindberg, La Ménagerie de Verre de Tennessee Williams et Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce. Ainsi, nous avons pu étudier en profondeur ces quatre œuvres, voir ce qui les rassemblait, divisait, semblait les avoir construites, comment la vie de leurs auteurs avait influencé leur intrigue. De ce fait, après nous être penchés sur ces thématiques, nous pouvons nous poser la question suivant : comment semble être montré le monde extérieur dans les pièces du programme, du point de vue des personnages ? Dans un premier temps, nous nous intéresserons à l’hypothèse qu’il semble être peint comme une tare avant de nous essayer à dire qu’il paraisse comme un moyen pour les personnages.

Ainsi, il semble que le monde extérieur soit dépeint d’une façon négative, jusqu’à être montré sous le jour d’une tare, d’une maladie. Une source de mal-être – c’est ainsi qu’il semble être perçu par Laura, une des protagonistes de La Ménagerie de Verre. En effet, le mon extérieur semble la rendre malade physiquement, au point d’en vomir et de ne plus aller étudier. Considérant également le fait qu’elle possède un handicap physique (métabolisme fragile, boitement), le monde extérieur semble lui être complètement hostile puisqu’elle ne s’y sent pas « adaptée » et préfère le confort de son monde imaginaire et de statues de verres. Ainsi, Laura se replie sur elle-même au point de ne voir personne ne dehors de sa famille, et de feindre d’aller étudier alors qu’elle reste dans un parc toute sa journée sans jamais le dire à sa mère.
Le monde extérieur semble également être le noyau d’un méprise violent pour Voss, le personnage de Déjeuner chez Wittgenstein. En effet, il semble être totalement « dégoûté » par-ce dernier et tout ce qui s’y rapproche (médecins, artistes). Voss semble se rapprocher du portrait du philosophe sceptique qui ne porte pas le monde dans son coeur et qui préfère le critiquer, le repousser avec virulence quitte à se montrer violent. Il semble beaucoup plus attaché à la logique froide et directe qu’aux arts et aux inspirations que l’on peut tirer du monde extérieur. Il en va à première vue de même pour Alice et le Capitaine, qui vivent tous les deux sur une île et trompent leur ennui en se déchirant mutuellement, et en s’en prenant également aux autres.

Cependant, le monde extérieur semble également être dévoilé comme un moyen, et pas seulement une fin. Pour certains personnages, il ressemble à une échappatoire : c’est le cas de Tom, personnage de la Ménagerie de Verre. Le monde extérieur est, à ses yeux, un moyen d’échapper à l’influence toxique et néfaste de sa mère, névrosée et totalement désespérée à l’idée de trouver un « galant » pour sa fille. Ainsi, Tom s’échappe le soir – il va au cinéma, du moins, c’est ce qu’il dit à sa mère. Il va explorer le monde, et prévoit de s’échapper de cette maison dans laquelle il étouffe plus qu’il ne semble vivre . C’est également le cas de Louis qui, en allant rendre visite à sa famille, avait pour but de lui annoncer sa maladie – mais qui a choisi de repartir sans le leur avouer, préférant se perdre à nouveau dans le monde extérieur où il tire ses inspirations pour ses écrits, car il est écrivain. Pour Jim, personnage de La Ménagerie de Verre qui apparaît à la fin de celle-ci, le monde extérieur est merveilleux et l’appelle pour des aventures qu’il ne peut attendre de vivre.
Pour d’autres, il semble être un lieu recelant de richesses, de ce que l’on recherche. Nous pouvons penser que c’est le cas d’Alice, dans La Danse de mort, qui s’exclame dans une partie de la pièce « tu ne trouveras rien sur cette île ! », et qui s’est également plainte d’avoir « perdu » ses enfants qui sont partis en ville. De ce fait, l’on peut penser qu’elle voit le monde extérieur comme « détenteur » de ce qu’elle voudrait avoir (ses enfants, et également ce qu’il lui faut pour vivre). Pour ce qui est du cas d’Amanda, le monde extérieur est à ses yeux un trésor qui saura lui offrir le galant qu’elle attend tant pour sa fille : mais il est aussi le voleur qui lui a arraché son mari, et son fils, car il a su les tirer hors de ses filets. Nous pouvons donc penser que son opinion du monde extérieur est plus nuancée que les autres personnages de la pièce – et se rapproche un peu de celle d’Alice.

Nous pouvons donc avancer l’hypothèse que, dans ces quatre œuvres étudiées en classe, le portrait fait du monde extérieur en fonction du point de vue des personnages semble être nuancé, et donner une profondeur nouvelle à la pièce dont ils sont issus. Ainsi, la terreur éprouvée par Laura à l’égard du monde extérieur est contrebalancée par l’émerveillement qu’il fait naître chez Jim, la fascination chez Tom et une amertume mêlée à de l’espoir chez Amanda. Il en va de même pour les autres pièces, de ce fait, nous pouvons avancer que le monde extérieur n’est ni dépeint de manière totalement positive, ni totalement négative mais qu’il apporte une vue d’ensemble contrastée et qui n’est pas laissée au hasard par les auteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thestral.

avatar

Messages : 733
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: DMs à rendre.   Ven 11 Mai - 21:12

COMMENTAIRE DE TRADUCTION.


Les textes présentés sont tous les deux de la pièce La Ménagerie de Verre (The Glass Menagerie) de Tennessee Williams – ils sont respectivement en version originale (anglais) et en version traduite (français). La pièce se déroule en huis clos et suit l’acheminement d’une famille dysfonctionnelle, au sein de laquelle la communication est compliquée, vers le déchirement pur et simple. On y retrouve quatre personnages: Amanda, la mère excessive, Laura la fille cadette fragile et introvertie, Tom le frère aîné mystérieux et imprévisible ainsi que Jim, l’ami de Tom, avide de liberté. Cet extrait se focalise sur la discussion entre Jim et Tom, alors que ce dernier parle de ses rêves à son collègue – il lui révèle qu’il va partir, loin. Jim est le seul à être mis au courant des plans de Tom dans la pièce. Ainsi, nous nous intéresserons donc aux choix de traduction qui ont été faits par Jean-Michel Déprats : que peut-on en dire ? Nous procéderons en suivant l’ordre du texte.


La première chose qui peut frapper, en se penchant au commencement du texte, est le premier choix fait par le traducteur : de « movies », qui désigne les films en général, on passe au « cinéma » qui est plus une discipline. Ainsi, on peut penser que la traduction fait perdre un peu de son intention au texte. En effet, en disant « I’m tired of the movies », Tennessee fait passer le personnage de Tom pour quelqu’un de nonchalant et d’imprécis, qui dit ce qui lui passe par la tête – hors, dans la traduction, en choisissant de traduire « the movies » par « le cinéma » (plutôt que de prendre son équivalent qui pourrait être « J’en ai assez des films ! »), Tom passe pour quelqu’un de plus précis. En effet, dans la version originale, il ne se fatigue pas à parler de la discipline du cinéma dans son ensemble – mais seulement « des films ».
Quelques lignes plus tard Tom, dans son monologue, fait un jeu de mot « People go to the movies instead of moving! » en jouant sur la sonorité des deux mots qui sont similaires, bien que le sens reste différent. Tennessee Williams accentue ce jeu de mot par le biais de l’italique qui, à la lecture, permet de comprendre que l’acteur est sensé appuyer sur ces mots afin de le faire sentir au public. Les jeux de mots sont toujours délicats à traduire d’une langue à l’autre, et perdent parfois leur sens quand on tente de leur trouver un équivalent. Cette différence de concentration se fait donc sentir dans la traduction de Jean-Michel Déprats, qui propose donc : « Les gens vivent à travers ces personnages au lieu de vivre eux-mêmes ! ». Bien que le jeu de mot soit perdu, on peut bel et bien voir que l’intention de la phrase reste la même – l’on retrouve l’idée de l’opposition entre le spectateur qui passe trop de temps dans un monde fictif et imaginaire plutôt que de tenter de vivre sa vie, et de « bouger » (move).
Un peu plus loin, il continue : « Everyone's dish, not only Gable's ! », ce à quoi Déprats propose comme traduction : « Et il y en aura pour tout le monde, pas seulement pour Clark Gable ! ». Ici, l’on peut remarquer un chassé-croisé au début de la phrase (d’ « Everyone’s dish » on passe à « Il y en aura pour tout le monde », ce qui allonge considérablement la phrase et le registre également, qui semble plus familier dans la version originale). On peut également observer le choix du traducteur qui a été de donner le nom complet de Clark Gable – l’on peut penser qu’il s’agit d’une sorte d’adaptation, puisque le public français ne connaît pas aussi bien Gable (fameux acteur du temps de Tennessee Williams), ainsi, une précision semblait nécessaire afin de permettre au public de saisir la référence.


Dans la continuité du texte, Jim continue son monologue quelques lignes plus loins par la phrase : « Then the people in the dark room come out of the dark room to have some adventure themselves », ce à quoi Jean-Michel Départs apporte en traduction :« Alors, les spectateurs sortent des salles obscures pour vivre l’aventure eux-mêmes. » En jetant un coup d’oeil à chaque phrase, on peut remarquer que, même si l’idée reste la même, certaines parties ont été omises. En effet, afin de ne pas surcharger la phrase, le traducteur a opté pour un effacement nécessaire – le français est une langue plus stricte que l’anglais dans laquelle on utilise plus de mots, là où l’anglais peut parfois se passer de certains. C’est pourquoi opter pour un effacement a semblé nécessaire à l’auteur – car s’il avait traduit simplement la phrase sans l’adapter, elle aurait été beaucoup plus longue et aurait certainement perdu le lecteur/spectateur. Nous pouvons également noter le fait que le traducteur a opté pour une équivalence, quelques lignes plus loin. Lorsque, juste après, Jim s’exclame : « Goody, goody! », la traduction apportée est : « Chouette, chouette ! ». De ce fait, même si la traduction n’est pas exacte, l’intention reste la même puiqu’ici « Goody » et « Chouette » restent tous les deux des exclamations.
Pour revenir à la différence entre l’anglais et le français qui a été citée plus haut (où l’on disait que le français était une langue plus « stricte » là où l’anglais pouvait parfois se passer de certains mots / déterminants / etc.), cette observation peut également continuer un peu plus loin dans le texte. En effet, après que Jim ait terminé son monologue et dévoilé ses plans à Tom, ce-dernier lui demande simplement : « Move ? ». Pas de sujet, seulement un verbe : mais la même chose n’est pas possible en française, puisqu’elle ne ferait ainsi pas sens. De ce fait, il a été nécessaire de traduire ce dialogue part : « Tu pars ? » puisqu’il n’était pas possible d’opter pour la même structure. Simplement proposer un « Pars ? » en traduction aurait été une erreur. Cependant, puisque le « Move » traduit un anglais plus familier, peut-être que Jean-Michel Départs aurait dû lui aussi opter pour une formule plus singulière en français ?
Enfin, lors de la dernière tirade de Jim, ce-dernier commence par dire : « I'm starting to boil inside. », cependant, lors de la traduction, le sujet « je » a été effacé afin de mettre plus en avant la sensation de liberté que ressent Jim. De ce fait, la traduction apportée a été : « Ça commence à bouillir à l’intérieur. », ce qui change en partie le sens de la phrase. Dans la version originale, Jim sous-entend qu’il trépigne, qu’il bouillonne sur place et qu’il lui tarde de pouvoir s’envoler et quitter le domicile familial qui lui pèse – mais, dans la version traduite en français, ce sens est changé. En effet, en disant que « ça » commence à bouillir en lui, ce n’est plus Jim qui est le sujet mais son avidité de liberté – et cela sous-entend qu’il se fait consumer par cette dernière, là où il semblait avoir un certain contrôle dans la version « originale ».



Ainsi, nous pouvons donc conclure notre étude de la version traduite par Jean-Michel Départs de La Ménagerie de Verre. Suite à nos observations, et à nos comparaisons entre les citations, nous avons pu observer le travail fait par le traducteur. Malgré la difficulté de passer une langue à une autre, nous avons vu qu’il n’y avait pas qu’une seule façon possible afin de faire passer la même idée – de ce fait, nous avons pu constater que le traducteur disposait de différents outils pour ne pas dénaturer le texte de son sens initial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DMs à rendre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
DMs à rendre.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un jeune Français a voulu rendre hommage à nos Soldats avec une courte vidéo.
» Le diable est optimiste s’il pense pouvoir rendre les hommes pires qu’ils ne sont [PV : Sebastian Shaw]
» rendre un chat propre
» si ça peut vous rendre service ...
» Il essaye de me rendre jalouse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le bordel. :: le bordel. :: ppb-
Sauter vers: